Enlivrons-nous, le blog d'Emily

De vin, de poésie, ou de vertu à votre guise, mais enivrez-vous ! Charles Baudelaire

American Gods, Neil Gaiman

https://i2.wp.com/a33.idata.over-blog.com/380x617/2/21/59/58/DOC0000000001/American-gods.jpg » Un roman du constraste… « 

 

Résumé

 

C’est en prison que s’ouvre ce récit : Ombre, jeune homme de vingt-cinq ans, purge une peine de trois ans. Il n’a qu’une hâte, sortir, retrouver sa
femme, sa maison, son emploi. Mais sur le chemin du retour, il rencontre un homme étrange, Monsieur Voyageur, qui lui propose de travailler pour lui. Malgré lui, Ombre pénètre dans un monde
loufoque, un monde où les dieux existent, et se retrouve au milieu d’un conflit entre les divinités anciennes, à l’instar du panthéon égyptien,  et les nouvelles idoles de l’Amérique, Média
ou Internet…

 

L’auteur

 

Né en 1960, Neil Gaiman est avant tout scénariste de bandes dessinées. Cependant, grâce à quelques romans au succès mondial, il s’est imposé comme un des
pionniers de la nouvelle vague du fantastique. « Coraline », « Stardust » ou « Miroirs et fumées » ne sont que quelques exemples desdits
romans.


Avis

 

« American Gods » a plusieurs étiquettes : d’une part, c’est le genre de livres que l’on dévore sans s’en rendre compte, malgré
ses six cents pages, de l’autre, c’est également le type d’ouvrage qui vous pousse à vous arrêter pour vous renseigner sur Wikipedia. Roman de l’Amérique (dans le sens où Ombre sillonne
l’Amérique, qu’on y entrevoit son histoire, que c’est presque un personnage à part entière), mais également roman du vieux monde (avec ses croyances, ses légendes), « American
Gods
 » se distingue des autres romans grâce à ce mélange des idées et des genres, en reprenant et détournant de grands mythes. Dans ce roman, dont le titre même est paradoxal (y a-t-il
des dieux en Amérique, ce pays tout neuf ?), vous croiserez un Leprechaun bagarreur, des dieux égyptiens reconvertis en entrepreneurs de pompe funèbre, un Odin escroc ou encore une Reine de
Saba qui se prostitue. Ce roman pose la question du choc des cultures : les légendes d’autrefois, les religions d’antan, peuvent-elles faire le poids face au monde moderne, à ses nouvelles
idoles, Internet, les Médias ou encore les villes ? D’où la nécessité apparente de l’affrontement des Dieux.


La narration tourne autour d’Ombre, le personnage principal, un personnage qui n’est en rien ce qu’il parait, une agréable surprise. Le costaud à l’air
stupide n’a en réalité rien d’un abruti, et ce n’est qu’un exemple des secrets qu’il recèle. Plusieurs interludes interrompent le récit, mais tous sont agréables à lire, du récit de l’anglaise
exilée aux Etats-Unis pour complicité de vol, à celui, plus dur, mais non moins intéressant, des jumeaux africains victimes de l’esclavage. L’histoire des Etats-Unis se dessine en trame de
fond.

J’ai beaucoup aimé ce livre, totalement loufoque et irréaliste (où les morts, notamment, ne restent pas morts), et où l’on a l’impression de croiser
plusieurs livres en un seul. Plusieurs parties de la narration semblent appartenir à un autre monde : l’arrivée d’Ombre à Lakeside est tellement différent de ce qui a été lu
précédemment !

Je vous le conseille donc vivement, vous ferez un plein de mythologie.

 

 

 

 

Related Posts with Thumbnails

Publicités

9 commentaires sur “American Gods, Neil Gaiman

  1. Pingback: Entremonde, Neil Gaiman et Michael Reaves « Enlivrons-nous

  2. Eleissya
    26 mai 2010

    Ah, Gaiman est un dieu vivant… *soupir*

    Si tu ne l’as pas encore lu, De bons présages (co-écrit avec Pratchett) est une véritable merveille.

  3. bambi_slaughter
    9 mai 2010

    Je l’ai noté dans ma wish-list, il me tente beaucoup. En plus, j’aime beaucoup les mythologies anciennes !

  4. Frankie
    2 mai 2010

    Un excellent livre pour qui aime ce genre, ce qui est mon cas ! 🙂

  5. Axl
    2 mai 2010

    ça fait un bout de temps qu’il me tente celui là!

  6. Sita
    2 mai 2010

    Un ami propose de me le prêter, mais le fait qu’il n’ait pas du tout aimé m’a un peu stoppée… Ton avis me donne très envie d’aller le lui demander du coup ! Merci !

  7. Miss Spooky
    2 mai 2010

    J’ai hâte de lire ce livre, il fait beaucoup moins l’unianimité que les autres ouvrages de Gaiman et je suis d’autant plus curieuse de voir ce qu’il recèle…

    Par contre, 600 pages, il va devoir patienter un peu avant que je trouve le temps de le lire !

  8. Lexounet
    2 mai 2010

    Je viens de découvrir gaiman et je compte bien continuer mais j’ai prévu Neverwhere en premier lieu. Celui-là passera aussi 🙂

    Bonne lecture à venir

Les commentaires sont fermés.

Information

Cette entrée a été publiée le 2 mai 2010 par dans Imaginaire.
%d blogueurs aiment cette page :