Enlivrons-nous, le blog d'Emily

De vin, de poésie, ou de vertu à votre guise, mais enivrez-vous ! Charles Baudelaire

Prisonniers du paradis, Arto Paasilinna

https://i1.wp.com/www.decitre.fr/gi/28/9782070404728FS.gifRésumé

 

Un avion qui se crashe, une île déserte. On dirait un peu le scénario d’une série télévisée à la mode, n’est-ce-pas (Lost, pour ne pas la citer) ?
Sauf que là où les deux histoires diffèrent, c’est que l’avion de Paasilinna a à son bord des médecins, des infirmières, des sages-femmes, ainsi que des bûcherons, et que le centre de l’île est
en proie à une guérilla. Que faire dans pareille situation ? On survit. Jusqu’au jour où se pose le choix : partir, ou rester ?


L’auteur

 

Né en 1942 en Finlande, Arto Paasilinna est devenu célèbre pour « Le lièvre de Vatanen » ou encore « Petits suicides entre
amis
 ».

Avis

 

C’est un petit livre qui se lit très vite, trop. Il n’a rien en effet, d’une longue série à rebondissements comme Lost ou d’un épais roman comme celui de
Daniel Defoe. L’histoire y est simple, les thèmes abordés sont ceux auxquels on peut s’attendre dans pareille histoire : le combat nature/culture, le retour à des instincts bestiaux, la
difficulté de former une ébauche de « gouvernement » avec quelques questions politiques au sujet, notamment, du socialisme.

Pourtant, cela ne prend pas spécialement. C’est plaisant, mais cela s’arrête là. On ne s’attache pas au narrateur, car on ne le connait pas assez. Fort
peu de personnages ont une personnalité bien marquée, c’est dommage, il y en a trop, et le récit est trop court, pour qu’on puisse en tirer quelque chose.  Quelques lignes sur la nature que
l’on apprivoise, mais là encore, pas assez pour que l’on comprenne les affres du narrateur…

En somme, je ne suis pas sûre que cela vaille le prix que l’on paie, pour deux heures de lecture qui ne me laisseront sûrement pas de souvenirs
impérissables.

 

 

 

 

Advertisements

2 commentaires sur “Prisonniers du paradis, Arto Paasilinna

  1. Véro.
    4 mai 2010

    Vu ce que tu en dis, moi je le laisse plutôt de côté !

  2. L’histoire semble assez intéressante. Je le lirai si j’en ai l’occasion.

Les commentaires sont fermés.

Information

Cette entrée a été publiée le 3 mai 2010 par dans Contemporain.
%d blogueurs aiment cette page :