Enlivrons-nous, le blog d'Emily

De vin, de poésie, ou de vertu à votre guise, mais enivrez-vous ! Charles Baudelaire

Replay, Ken Grimwood

Et si vous pouviez appuyer sur la touche « rewind » et revivre sa vie? Que feriez-vous? C’est la question que nous pose Ken Grimwood dans Replay.

Nous sommes en 1988, et Jeff a une quarantaine d’année, une femme insatisfaite, un boulot minable, des problèmes d’argents, et des ambitions inabouties : en somme, Jeff a le sentiment
d’être passé à côté de sa vie…jusqu’à ce qu’elle lui échappe. Jeff meurt soudainement d’une crise cardiaque. Une chose courante, certes. Mais ce qui l’est moins, c’est de se réveiller dans sa
chambre à l’université, en 1963, à dix-huit ans. Jeff va revivre sa vie, la modifier…avant de mourir une seconde, puis une troisième fois…

Revivre sa vie et corriger ses erreurs passés. Avoir une deuxième chance. Qui n’en a pas rêvé? Cette « chance » est accordée à Jeff, qui saisit tout de suite les opportunités qui s’offrent à lui : investir sur les fortunes de demain, parier sur des rencontrer sportives dont l’on connaît déjà l’issue. Sur le papier, tout cela a l’air très bien. Mais Jeff découvre rapidement le revers de la fortune : tout ce qu’il construit est annihilé à chacune de ses morts, il perd ceux qui lui sont chers, et finalement, il s’ennuie. Évidemment, lorsque l’on connaît l’avenir…L’on pense,
évidemment, à l’almanach de Marty McFly dans Retour vers le futur, où à L’effet Papillon. Mais Replay, c’est encore autre chose, de probablement plus abouti.

A partir d’un thème tout à fait fascinant, Ken Grimwood brode, et en profite pour revisiter l’histoire américaine, la guerre froide, les évolutions qu’a connu le monde : un vrai plaisir pour les amateurs des sixties, et d’histoire , qui partagent avec Jeff sa connaissance de ce qui est à venir. Jeff vit l’Histoire, encore et encore : peut-on la modifier? Un homme seul peut-il inverser son cours? Se sent-on moralement tenu de le faire? Ce sont autant de questions que posent Replay, par le biais de son héros. Jeff est faillible, et terriblement humain. Mais ses diverses vies le rendent tantôt amer, tantôt sage. Il fait tout ce que l’on aimerait faire dans une vie, mais que l’on ne trouve jamais le temps de faire : il voyage, devient millionnaire mais solitaire, ou au contraire, découvre une vie de famille authentique dans un cadre à peu près normal, écrit des livres, tente d’influencer le monde. Néanmoins, malgré son expérience, il reste un homme, avec ses ambitions, et ses rêves, mais un homme frustré, à la sensation d’inachevé permanente, avec l’impression d’être en sursis. Jeff est un homme à la recherche du bonheur, et qui découvre que celui-ci, en plus d’être éphémère, est illusoire.

Son histoire est tragique, finalement. Tout ce qu’il construit est destiné à la ruine. Il doit sans cesse revivre les mêmes choses. Ken Grimwood parvient avec brio à transcrire ce sentiment de solitude, cette tristesse sans égale. Jeff, cela pourrait être nous, au fond, et c’est pour cela que l’on ne peut reposer ce livre avant la fin. L’enchaînement du roman est sans heurt, et réussit à ne pas tomber dans la monotonie en se réinventant à chaque nouvelle vie de Jeff.

Le style, fluide, les personnages, attachants, l’histoire, fascinante, contribuent à faire de ce livre un de ceux qui marquent une vie de lecteur. En voulant me renseigner sur l’auteur, espérant découvrir de nouveaux livres à lire, j’ai appris que, ironie du sort, Ken Grimwood était, tout comme Jeff, décédé d’une crise cardiaque il y a plusieurs années.

Replay, Ken Grimwood. Le Seuil, 1988.
Advertisements

21 commentaires sur “Replay, Ken Grimwood

  1. Céline72
    1 juillet 2012

    Très joli billet d’un livre qui m’intrigue…je le rajoute donc à ma LAL 😉

  2. Jeneen
    24 juin 2012

    j’ai adoré ton billet, et le livre, lu il y a taaaaant d’années ! je m’en souviens pourtant comme si c’était hier, et l’ai offert, racheté…un must pour moi. contente qu’il t’ait plu, bonne semaine.

  3. Je me souviens avoir trouvé le procédé répétitif et m’être ennuyée au final…

  4. Pingback: Replay, Ken Grimwood « Là où les livres sont chez eux

  5. hugopoesie
    17 novembre 2010

    si tu aimes la poésie passe voir mon blog,donne ton avis si il te plait fait passer l’adresse.merci d’avance.

  6. mentale
    16 novembre 2010

    Mon clicoucou du jour en te souhaitant un bon mercredi!

    bise

  7. mentale
    15 novembre 2010

    mon coucou du jour en te souhaitant un bon mardi!

    bise

  8. mentale
    14 novembre 2010

    Bonsoir,

    je passe faire mon coucou du jour en te souhaitant un bon début de semaine!

    bise**

  9. domi
    14 novembre 2010

    alors ne commence par rien d’autres que les deferlantes ! une merveille que je passe ma vie à offrir à ceux que j’aime

  10. domi
    14 novembre 2010

    encore une découverte !

    de mon côté, après un monde sans fin, le dernier Claudie Gallay (que j’ai apprécié mais qui n’arrive pas à me faire oublier les déferlantes), pui Firmin de tom SAvage et aujourd’hui…ma
    récompense pour avoir lu intelligent….le dernier elisabeth georges…que du bonheur !

  11. sophie57
    14 novembre 2010

    tu nous donne envie de le découvrir, l’histoire a l’air passionnante!

  12. sophie57
    13 novembre 2010

    eh bien tu me donnes vraiment envie de le lire, l’histoire a l’air passionnante!

  13. mentale
    12 novembre 2010

    bonsoir,

    je passe faire mon coucou du vendredi en te souhaitant un bon weekend!

    bise*

  14. marise
    12 novembre 2010

    ce bouquin m’intéresse beaucoup. j’aimerai bien le lire 🙂

  15. mentale
    11 novembre 2010

    Bonjour,
    mon coucou du jour avec quelques nouvelles de la gazelle qui arrive enfin à s’alimenter.
    bise*

  16. Esperana
    11 novembre 2010

    aaah ce livre me fait de l’oeil depuis quelque temps. Mais je n’ai pas l’impression qu’il soit bien connu. J’adore justement les sauts dans le passé.

  17. Marion
    11 novembre 2010

    J’ai lu Replay il y a quelques années, conseillé par une amie, et pour moi aussi, ça a été vraiment une lecture marquante, qui reste gravée.

    Merci de ta superbe chronique, qui restitue si bien ce que j’ai ressenti en le lisant. Je ne me tenterais pas à une chronique personnelle, parce que ce livre n’est plus assez présent à mon esprit
    pour que je puisse en parler aisément, et aussi parce que je ne parviendrais pas à faire aussi bien que toi… En tout cas, si je ne l’avais pas déjà lu, ta chronique me ferait me précipiter dans
    une librairie !

  18. Irrégulière
    11 novembre 2010

    Le thème me fascine, alors je note, ça devrait me plaire ! 

  19. Miss Spooky
    11 novembre 2010

    Ce livre est dans ma wishlist depuis un moment et tu me donnes envie de lui faire monter les échelons, c’est vraiment le genre d’histoire qui m’irait en ce moment. Dommage que la version anglaise
    ne me branche pas trop, il va falloir attendre…

  20. lasardine
    11 novembre 2010

    j’avais beaucoup aimé ce livre!!

    d’autant plus qu’il m’a été offert par ma meilleure amie et en version « tout joli tout brillant »! 🙂

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Information

Cette entrée a été publiée le 11 novembre 2010 par dans Contemporain, et est taguée , .
%d blogueurs aiment cette page :