Enlivrons-nous, le blog d'Emily

De vin, de poésie, ou de vertu à votre guise, mais enivrez-vous ! Charles Baudelaire

Leviathan, Scott Westerfeld

Scott Westerfeld est un nom qui évoque à des milliers d’adolescents des heures de lecture effrénées. Aussi, c’est toujours un évènement lorsqu’il sort une nouvelle série, après Ugly et Midnighters. Leviathan se présente comme une uchronie proposant une réalité alternative dans l’Europe du début du siècle dernier.

1914, l’Europe est au bord de la guerre. D’un côté, la France, L’Angleterre, et la Russie, les « darwinistes », capables de motifier génétiquement les animaux à leur avantage, de l’autre, l’Allemagne et l’Autriche-Hongrie, les « clankers », férus de mécanique. Alek est le fils unique de l’archiduc François-Ferdinand : il ne se doute pas que sa vie est sur le point de basculer et que son existence-même est d’une important cruciale pour l’Europe toute entière. Deryn, elle, est écossaisse et se travestit pour pouvoir rejoindre l’air-force. Leur rencontre, impensable, aura pourtant lieu sur fond de première guerre mondiale.

Je dois avouer que j’attendais davantage de la nouvelle série de Scott Westerfeld, et que je suis même très déçue. L’histoire est longue à démarrer et même au plus fort de l’action, les personnages échouent toujours à nous toucher. Alek est au début du roman un gamin surprotégé et capricieux, mais la mort de ses parents et les aventures qu’il vit l’obligent à grandir. En revanche, Deryn n’évolue pas vraiment. Leur parcours, qui se veut symétrique jusqu’à leur rencontre, ne les rends pas vraiment attachants. Tous deux obligés de se dissimuler, l’on assiste pourtant pas à la scène de révélation mutuelle à laquelle on s’attendrait, elle vient probablement pour plus tard. Cependant, ce premier tome ne donne pas vraiment envie de lire la suite.

Pourtant, l’intrigue était prometteuse : une uchronie dans la tourmente de la grande guerre. Malheureusement, je n’ai pas trouvé l’aspect historique assez exploité. Mais que te fallait-il de plus, songez-vous probablement ! Eh bien, peut-être qu’avec plusieurs protagonistes, plus variés, peut-être que…Ce n’était peut-être pas une bonne idée de lire Leviathan alors que l’on souhaitait lire La chute des géants ! Je dois reconnaître que l’opposition Darwinistes/Clankers était bien trouvée mais manquait peut-être un peu de finesse. Dommage ! A noter cependant, les très jolies illustrations qui parsèment le récit.

Publicités

3 commentaires sur “Leviathan, Scott Westerfeld

  1. Marmotte
    22 février 2011

    Il me tente bien, mais vu ton avis je vais surement retarder mon achat et attendre d’autres échos 😉

  2. mentale
    21 février 2011

    je pense que je le lirais, c’est le genre de livre que j’apprécie.

    bises

  3. bouboune
    21 février 2011

    bises

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Information

Cette entrée a été publiée le 21 février 2011 par dans Littérature jeunesse, et est taguée , , , .
%d blogueurs aiment cette page :