Enlivrons-nous, le blog d'Emily

De vin, de poésie, ou de vertu à votre guise, mais enivrez-vous ! Charles Baudelaire

Sept mers et treize rivières, Monica Ali

Dans un roman tout en finesse et en ellipses, Monica Ali nous livre le quotidien d’une jeune Pakistanaise de dix-huit ans, mariée à un homme de vingt ans son aîné, et obligée d’aller s’installer en Angleterre. Roman fort sur l’immigration, le choc des générations et des cultures, Sept mers et treize rivières est le premier roman d’un auteur que l’on considère comme la nouvelle voix de l’Angleterre métissée.

A dix-huit ans, Nazneen apprend que son père lui a trouvé un mari et que celui-ci vit à Londres. Nazneen ne proteste pas : elle vit dans ce qui était à l’époque le Pakistan oriental. Douce et obéissante, elle se laisse guider par son destin, au contraire de sa jeune sœur Hasina, romanesque et aventureuse.
A Londres, Nazneen découvre un quadragénaire érudit mais irréaliste, gentil mais désordonné, à l’ambition démesurée, mais sans les moyens de la transformer en réalité. Femme au foyer, Nazneen
fera l’expérience de la maternité, des difficultés de l’intégration quand on ne parle pas la langue du pays, de se conformer à la fois aux idéaux de son pays d’origine et à ceux de son pays d’adoption.

Monica  Ali évoque dans ce roman de nombreux sujets, parmi lesquelles les mariages forcés et le contraste entre les coutumes pakistanaises et le mode de vie à l’anglaise. Nazneen ne se rebelle pas à l’idée d’un mariage forcé, et ne tombe finalement pas trop mal. Si son époux est beaucoup plus vieux qu’elle, laid et en surpoids, c’est un homme doux et attentionné pour lequel elle finira par avoir beaucoup de tendresse, à défaut d’amour. Cependant, ce n’est pas le cas de certaines de ses amies, vivant avec des hommes violents, ou extrémistes. Ce n’est qu’à trente-quatre ans que Nazneen connaîtra l’amour et l’épanouissement sexuel avec un jeune amant.

Là où le choc culturel et générationnel apparait pleinement, c’est dans la relation de Nazneen avec sa fille adolescente, qui a en horreur l’idée d’aller vivre au Bangladesh et porte jeans et minijupes comme sa mère porte le sari. La jeune fille rejette tout ce qui fait la culture de ses parents, préférant l’anglais au bengali. Cette génération, déchirée entre le poids des traditions de leurs parents et l’attrait d’un monde occidentalisé dans lequel elle a toujours vécu, parle par le biais de Shahana, la fille aînée de Nazneen. Chanu, le père, est un homme frustré : arrivé de Dacca avec un diplôme de littérature britannique en poche, il espérait gravir rapidement les échelons de l’administration. Echouant à progresser et mettant son insuccès sur le compte des préjugés racistes de ses collègues , Chanu se renferme progressivement sur lui-même et ne souhaite plus que retourner au pays. Chanu est un des personnages les plus intéressants et les plus
attendrissants du livre. Très cultivé, il parle beaucoup, et tout le temps. Il s’avère finalement totalement différent de ce à quoi s’attendait le lecteur. A la fois occidentalisé mais également très épris de son pays, il est capable d’être très tendre. Nazneen, elle, est incontestablement une femme forte qui fera face à un déracinement total, aux médisances de certaines de ses voisines, au chantage, à la mort de son premier-né. Imperturbable, c’est une femme pieuse, une bonne mère et une épouse, qui se transforme subitement en femme amoureuse. Sa condition est difficile et touchante : doit-elle abandonner ses filles et son mari, qu’elle a appris à estimer, renier sa religion, pour être avec l’homme qu’elle aime ? A vous de lire pour savoir quel sera le terme de ce dilemme.

C’est donc un roman fort et pudique, tout en implicite et en ellipses : il oppose la vie londonienne de Nazneen à celle, chaotique, de sa sœur Hasina que l’on découvre grâce aux lettres que les deux sœurs échangent. Hasina est une autre femme forte : elle n’hésite pas à quitter son époux violent, et erre de place en place, où sa solitude et sa beauté lui valent malheureusement une réputation désastreuse. Hasina montrera au lecteur la vie de bien des femmes de Dacca, de celle insouciante, de sa patronne Lovely, à celle sans nom d’une de ses amies, défigurées à l’acide parce qu’elle avait caché de l’argent à son mari pour pouvoir payer une opération à son fils. Une lecture dont on ne sort pas indemne.

Publicités

14 commentaires sur “Sept mers et treize rivières, Monica Ali

  1. Pingback: Challenge Inde – été 2011 « Enlivrons-nous

  2. Nymphette
    16 septembre 2011

    C’est un roman très fort, même s’il manque parfois de rythme. Un excellent film en a été tiré: « Brick Lane » de S GAVRON.

  3. Misss-bouquins
    3 septembre 2011

    Je viens de le lire et je ne suis pas aussi enthousiaste que toi … Dommage. J’ai dû rendre le livre à la biblio mais je vais quand même essayer de rédiger un article.

  4. Hélène
    8 avril 2011

    Ce livre est dans ma pal, ton avis m’incite à l’ouvrir au plus vite ! 

  5. Anne
    15 mars 2011

    Voilà un nouveau blog à découvrir pour moi, grâce au challenge littérature américaine ! Les trois livres chroniqués ici (de Monica Ali à John Green) m’intéressent beaucoup. Celui-ci était
    vraiment très bien, tu me le remets en mémoire !

  6. bouboune
    7 mars 2011

    tu t en sors de tes cartons bises

  7. George
    5 mars 2011

    J’ai cheté ce roman après avoir lu « en cuisine », pour me faire une idée plus nette sur cette auteure !

  8. latite06
    5 mars 2011

    Je le note, ce résumé et ton billet donne vraiment envie 😀

     

  9. Anis
    5 mars 2011

    Cela m’intéresse beaucoup forcément. Et ce dialogue permet d’entendre la différence des conditions. Je cherche des noms d’auteures indiennes et pakistanaises, si jamais tu en connais, j’ai mis un
    lien sur le forum de la communauté.

  10. Céline72
    5 mars 2011

    Un livre qui a l’air intéressant. Je me le note 😉

  11. Marmotte
    5 mars 2011

    Comme d’habitude en passant par chez toi, je découvre des titres qui m’intéressent 🙂 Bonne lecture 🙂

  12. Tiphanie
    5 mars 2011

    Je l’ai souvent croisé sur la blogo, j’ai souent eu envie de le lire mais je n’avais pas tellement aimé le style d’écriture de Monica Ali dans Birck Lane du coup ça me freine un peu.

  13. Ys
    5 mars 2011

    J’ai beaucoup appris dns ce livre sur la condition de ces femmes, c’est tout à fait étonnant à mes yeux et pourtant c’est ici et maintenant. Elle a eu de la chance cette héroïne, certaines
    doivent tomber sur des vieux libidineux ou violents… L’autarcie, la réclusion, tout ça est très bien montré.

  14. A.
    4 mars 2011

    Newsletter [ . . . ]

    Bonsoir !
    Je viens de mettre un nouvel article en ligne : « Nos étoiles ont filé » d’Anne-Marie Revol. C’est un livre très émouvant, où cette femme raconte par lettre à ses filles comment se passe sa vie
    depuis leurs disparitions précoces.

    A bientôt 😉

    A.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Information

Cette entrée a été publiée le 4 mars 2011 par dans Contemporain, et est taguée , , , , .
%d blogueurs aiment cette page :