Enlivrons-nous, le blog d'Emily

De vin, de poésie, ou de vertu à votre guise, mais enivrez-vous ! Charles Baudelaire

[Rentrée littéraire 2011] Assommons les pauvres, Shumona Sinha

Assommons les pauvres : un titre énigmatique, tout droit sorti d’un poème en prose de Baudelaire. C’est également un roman qui paraîtra le 25 août aux éditions de l’Olivier, un roman étrange et étonnant.

Nous rentrons dans l’action in media res et, à partir de quelques éléments, on reconstitue à peu près la situation : une femme est en cellule, pour avoir fracassé une bouteille sur la tête d’un homme, comme ça. Face à elle, un homme, monsieur K, essaie de percer sa motivation.

C’est un roman fluide, dans le sens où l’on suit le courant de pensée de l’héroïne, une femme dont l’on sait assez peu de chose, et que l’on essaie de cerner grâce aux maigres informations que l’on glane par-ci, par –là. Notre héroïne est donc une femme, vraisemblablement indienne, devenue interprète après avoir franchi la « barrière » et s’être occidentalisée. Une femme donc, qui fut prête à renier son peuple, tous liens qu’elle avait avec lui, pour fuir la misère, sa culture. Ironie du sort donc, pour cette étrangère, qui tourne le dos à ses compatriotes, en gagnant sa vie auprès des demandeurs d’asile, en perçant leurs mensonges, en contribuant parfois à les renvoyer dans leur pays. Le rôle qu’elle joue n’est pas facile car elle devient étrangère des deux côtés à la fois : son soucis de s’occidentaliser l’a éloignée de ses compatriotes, pourtant elle reste issue du même pays qu’eux. Un paradoxe sur lequel se base son mal-être, qui se matérialise finalement sur ce déchaînement de violence, sur cette bouteille fracassée sur la tête d’un homme, d’un immigré.

Récit authentique et touchant, ce roman alterne entre les souvenirs de l’héroïne, et l’interrogatoire que mène monsieur K .  Le résultat est un récit assez flou, où le lecteur doit venir chercher l’information, et où il est obligé de s’immerger dans un univers qu’il ne connait pas, à la fois celui de l’immigration, mais également celui du pays d’origine de l’héroïne, qui se dévoile par bribes et par tableaux. Bien qu’enrichissant, c’est quelque peu déroutant.  Résultat, l’on sort de cette lecture, assez indécis : l’on aurait souhaité ce roman moins abstrait, et plus long, pour qui est friand d’histoires et d’action. Si ce n’est pas le cas, vous trouverez ce roman parfaitement agencé. J’ai globalement aimé ce livre, mais je ne suis pas sûre qu’il m’aura fait une forte impression à long terme, même si tous les ingrédients sont réunis pour.

J’ai lu ce livre dans le cadre de l’opération de rentrée littéraire Libfly/ Furet du Nord et ce fut une découverte très agréable. Merci à Lucie et à son équipe !

Publicités

6 commentaires sur “[Rentrée littéraire 2011] Assommons les pauvres, Shumona Sinha

  1. Pingback: Bilan de 2011 « Enlivrons-nous

  2. Stéphanie
    21 juillet 2011

    Je lis déjà beaucoup de bien de ce livre un peu partout. Je vais peut-être le lire, du coup.

  3. Pingback: SINHA Shumona, Assommons les pauvres « Le boudoir de Méloë

  4. Pingback: [Rentrée littéraire 2011] a quoi peut-on s’attendre? « Enlivrons-nous

  5. Meloe
    2 juin 2011

    Je l’ai également reçu, mais pas encore lu. Du coup je n’ai pas lu ton billet; mais je le note en favoris pour repasser plus tard.

  6. Céline72
    2 juin 2011

    Il a l’air intéressant ce récit, je me le note. Merci pour cette belle critique. Bonne soirée.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Information

Cette entrée a été publiée le 2 juin 2011 par dans Contemporain.
%d blogueurs aiment cette page :