Enlivrons-nous, le blog d'Emily

De vin, de poésie, ou de vertu à votre guise, mais enivrez-vous ! Charles Baudelaire

Enlivrée, Laurence Dionigi

Le processus de création littéraire a souvent fait l’objet de questionnements et d’œuvres de fiction. Enlivrée conte l’histoire d’une jeune femme qui se trouve « enceinte d’un livre ». C’est avant tout une jolie métaphore sur l’acte d’écriture.

Qu’arrive-t-il à Romane? Subitement, la jeune fille à la vie jusque là bien rangée se met à souffrir d’insomnies, de boulimie de lecture et d’écriture, ainsi que de vomissements mystérieux de lettres de l’alphabet. La jeune femme va se découvrir une grossesse bien insolite.

Le thème a peut-être été déjà traité, mais la façon dont Laurence Dionigi aborde la création littéraire est pour le moins originale. Bienvenue dans le monde de l’absurde, où une femme peut être enceinte d’un livre. Du monde « normal », nous basculons progressivement dans une métaphore à la fois jolie et pertinente, via l’évolution de Romane. Le lien entre grossesse et écriture saute aux yeux : quiconque écrit s’est sûrement déjà fait le réflexion, et considère son œuvre comme son bébé…Laurence Dionigi parvient à surmonter l’évidence, à aller au-delà, pour créer une jolie fable, délicieusement absurde.

Jeune fille sans histoire, comme les autres pourrait-on dire, Romane ne se distingue que par ses fréquentations, des jeunes gens dont les noms ne sont pas sans évoquer de grands noms de la littérature française. A titre d’exemple, sa meilleure amie s’appelle Aurore Dupin, ce qui n’est autre que le véritable nom de Georges Sand. C’est pourtant sur les frêles épaules de Romane que tombe cette lourde charge : mettre au monde un livre.

Une tâche qui n’est pas sans effrayer la jeune femme, et sans évoquer la peur de toute future mère à l’idée de la responsabilité qui lui incombe désormais. Cependant, la grossesse de Romane est d’une part, exceptionnelle, de l’autre non désirée. La jeune femme s’inquiète : son état la poussera à consulter divers spécialistes, de la traditionnelle gynécologue aux médecins plus contestables. Enfin, son chemin croisera celui d’un éditeur.Un véritable jeu de pistes s’amorce.

L’on aime, donc, pour cette métaphore filée, mais également pour le style de l’auteur, vif et fluide. De fait, Enlivrée est un livre qui se dévore. Le lecteur n’a qu’une envie : résoudre le mystère, savoir ce qui arrive à la jeune femme. C’est un joli conte, qui ravira hommes et femmes.

Advertisements

21 commentaires sur “Enlivrée, Laurence Dionigi

  1. Marc sulreaux
    13 décembre 2011
  2. Anis
    26 novembre 2011

    En tout cas, cela donne très envie de le lire.

  3. joyce
    20 novembre 2011

    En ce qui me concerne j’ai été déçue par cette lecture, je t’invite à découvrir mon avis ici :
    http://lenlivree.blogspot.com/2011/11/enlivree-de-laurence-dionigi.html

    Il est toujours intéressant de découvrir différents points de vue!

    Affectueusement,
    Joyce

    • Emily
      20 novembre 2011

      Bien sûr, je vais voir ton avis de ce pas !
      Amitiés,
      Emily

  4. Topaze
    19 novembre 2011

    « La lecture,une porte ouverte sur un monde enchanté » disait F.Mauriac
    Cette citation va comme un gant au monde enchanteur d’Enlivrée tant ce roman m’a ravi tant par son histoire originale que par ses personnages ,ses dialogues,ses clins d’oeil au écrivains et écrivaines français qui m’ont évoqué avec malice mes cours de Lettres au lycée.

    Un plaisir qui s’accroît au fil des pages et nous enlivre à notre guise

  5. Isabelle Delorme
    12 novembre 2011

    Voilà un roman sympathique et original !
    La délivrance a-t-elle été difficile ?

    • Laurence Dionigi
      17 novembre 2011

      La délivrance s’est faite en douceur contrairement à la gestation qui a été plutôt longue… Bien à vous, chère Isabelle.

  6. Jacques Dubreuil
    7 novembre 2011

    Je suis un vieux monsieur qui a beaucoup lu toute sa vie durant et qui a été enthousiasmé par le roman « Enlivrée »,acheté récemment lors d’ un Salon du livre:un vrai régal pour le lecteur qui savoure avec suspense et gourmandise les péripéties de la grossesse livresque et absurde de cette jeune femme moderne qui côtoie et discute avec des hommes et femmes de Lettres d’hier devenus ses contemporains bien en chair.
    Un livre à offrir et à s’offrir sans crainte d’être déçu!

  7. Arnaud Rocheville
    4 novembre 2011

    Original, incisif et imaginatif,un roman intelligent qui tient en haleine les lecteurs et les « enlivre » dès la première page.
    Bravo à l’auteure!

    • Laurence Dionigi
      5 novembre 2011

      « La lecture est une amitié » comme se plaisait à dire ce cher Marcel Proust.

      Merci cher Arnaud pour vos remarques et toutes mes amitiés.
      L.D

  8. Laurence Dionigi
    3 novembre 2011

    Bonsoir Valérie,

    Effectivement le prochain bébé en gestation est un….. rhinocéros à travers une pièce de théâtre ! Je ne vous en dis pas plus ! Je vous remercie pour vos gentils commentaires.

    Laurence.

  9. Heller
    2 novembre 2011

    Je suis entrée avec plaisir dans l’univers fantaisiste du personnage romanesque ! Le style prometteur de l’écrivaine délivrée me donne très envie de suivre les prochains bébés sans doute déjà en gestation !

  10. Heller
    2 novembre 2011

    Je suis entrée avec plaisir dans l’univers fantaisiste du personnage romanesque ! Le style prometteur de l’écrivaine délivrée me donne très envie de suivre les prochains bébés qui sont sans doute déjà en gestation !
    Valérie

  11. gisèle
    31 octobre 2011

    bonjour je viens de finir ce livre acheté lors du salon du livre de mouans sartoux et je suis entièrement ok avec votre commentaire ; j’ai passé un super moment de lecture fraîche agréable l’auteur sait bien nous mener dans son monde de l’absurde ; qu’elle continue ainsi à nous enchanter ; merci

    • Laurence Dionigi
      1 novembre 2011

      Bonjour Gisèle,

      Merci pour vos commentaires et vos encouragements.

      A très bientôt et merci de me lire.
      Laurence.

  12. lacuivrée
    30 octobre 2011

    pour le moins original!! j’aime bien ce genre de livre un peu déjanté.

  13. Jeneen
    29 octobre 2011

    waouh, alors ça c’est une découverte ! originale apriori ! je note, bien sûr ! (tu en parles bien en plus !) bon week end

  14. Laurence Dionigi
    29 octobre 2011

    Merci Emily pour votre chronique ! Je suis ravie qu’Enlivrée vous ait plu.
    Bonne continuation.
    Laurence.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Information

Cette entrée a été publiée le 29 octobre 2011 par dans Contemporain, et est taguée , .
%d blogueurs aiment cette page :