Enlivrons-nous, le blog d'Emily

De vin, de poésie, ou de vertu à votre guise, mais enivrez-vous ! Charles Baudelaire

Fuck you New York, Kamel Hajaji

Honte à moi, je ne connaissais pas la collection Exprim’ de chez Sarbacane : c’est au salon de Montreuil que j’ai pu découvrir quelques ouvrages de cette collection. Parmi eux, Fuck you New York, un livre au titre violent et au sujet sensible, que l’on m’a vivement conseillé.

C’est dans une Amérique post-11 septembre que Malek, vingt et un ans, décide de partir étudier à New York avec son meilleur ami Ben. Cultivé et un brin rebelle, Malek est passionné de cinéma américain et de rap : il n’a qu’une envie, aller là où les choses bougent, là où on voit les choses en grand. Vivre the american dream. Son rêve se brise, cependant, à la douane. Là, Malek découvre qu’il n’est pas le bienvenu dans la Grosse Pomme : deux ans après le onze septembre, son nom à consonance maghrébine lui vaut d’être mis à l’écart, méprisé, insulté, humilié. Une épreuve dont il ne sortira pas indemne. Car c’est de sa chambre dans un « hôpital de repos » que Malek nous écrit…

Fuck You New York n’est pas un livre à mettre entre toutes les mains, du fait de sa violence extrême : violence physique, et violence verbale, jusque dans le vocabulaire utilisé par le jeune homme, rongé par la haine. Tout au long du livre, il file une métaphore sexuelle, et vit une relation ambiguë avec New York, qu’il désire et qui le répugne à la fois : il venait prendre New York, mais New York l’a finalement « entubé ». Une relation de possession se noue au fil du livre : malheureusement pour lui, Malek aura perdu. Venu conquérir l’Amérique, il sera finalement vaincu.

Le récit de Malek alterne entre le moment présent, où il est interné dans un hôpital de repos, et ce qui l’y a amené, à savoir cette arrivée désastreuse à New York : Malek s’est vu priver de l’identité qu’il s’était forgée au fil des années, pour se voir devenir tout bonnement un étranger, l’ennemi. Assimilé aux terroristes du 11 septembre, il se sent observé, traqué : la paranoïa s’installe. C’est une longue descente aux enfers. Car à un style très oral, le malaise s’installe : Malek s’adresse directement au lecteur, et l’on ressent pleinement son mal-être. Ce livre se lit d’une traite : l’on a envie de savoir ce qui a amené Malek à dépérir. Il choque, aussi, en nous dévoilant une facette méconnue de New York.

A noter que cette collection propose une « playlist » en début d’ouvrage, une idée très sympathique !

Advertisements

4 commentaires sur “Fuck you New York, Kamel Hajaji

  1. Aurélie____
    13 décembre 2011

    J’ai ce roman depuis un bon moment avec l’envie de m’y plonger… Ton avis me pousse à le commencer incessamment sous peu!
    et je ne peux que t’exhorter à découvrir les autres titres de chez Exprim’ dont je parle régulièrement sur mon blog!

  2. SaNd
    10 décembre 2011

    Et hop là, le livre a été ajouté à ma LAL =) Merci pour la découverte!

  3. Pingback: Challenge New York 2012, top départ « Enlivrons-nous

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Information

Cette entrée a été publiée le 10 décembre 2011 par dans Contemporain, Littérature jeunesse, et est taguée , , .
%d blogueurs aiment cette page :