Enlivrons-nous, le blog d'Emily

De vin, de poésie, ou de vertu à votre guise, mais enivrez-vous ! Charles Baudelaire

Le métro est un sport collectif, Bertrand Guillot

Le métro est un sport collectif : il suffit de monter à Châtelet sur la ligne 4 à l’heure de pointe pour constater qu’effectivement, la formule de Bertrand Guillot est on ne peut plus véridique : le métro, c’est la foire, le bazar, le zoo, parfois. On joue des coudes, on est compressé, on râle. Le quotidien des parisiens, c’est les grèves, les incidents voyageurs, les problèmes techniques.  Mais le métro parisien, quand on le prend tous les jours, devient parfois le théâtre de drôles de rencontres. Pourtant, habitués, blasés, on n’y prête plus vraiment attention. Heureusement que Bertrand Guillot est là pour nous ouvrir les yeux.

Fruit d’une année d’observation et de chroniques, Le métro est un sport collectif s’est fixé la tâche ambitieuse de rendre l’atmosphère toute particulière du Paris souterrain. Carnet à la main, Bertrand Guillot semble avoir sillonné toutes les lignes du métro parisien et avoir assisté à toutes les scènes que l’on vit au moins une fois en tant que parisien, des contrôleurs de mauvais poil aux usagers désagréables, en passant par les jolies rencontres avec de drôles de personnages.

Servi par une maquette esthétique et bien ficelée, Le métro est un sport collectif est le compagnon idéal de vos trajets de métro. Écrit avec vivacité et bonne humeur, il ne pourra que vous parler, vous évoquer des situations connues. Il est vrai que ce recueil ne s’apprécie que mieux si l’on est soi-même parisien, mais il peut se glisser dans votre valise sans crainte de fausse note si vous envisagez une visite dans notre belle capitale. Le métro, colonne dorsale de la ville lumière, est peut-être le dernier lieu du « lien social », un endroit que l’on côtoie tous, un lieu que l’on partage, et où il est difficile de faire totalement abstraction de l’autre.

Le ton et les anecdotes de Bertrand Guillot sonnent très justes. Je suis parisienne et je me suis reconnue dans plusieurs de ses courtes histoires. Il m’est arrivée de lire certains passages à voix haute tant ils me paraissaient vrais. Désormais, dans le métro, je ferai attention. Qui sait, j’y croiserais peut-être Bertrand Guillot !

Le métro est un sport collectif, Bertrand Guillot. Editions Rue Fromentin, 2012.

Publicités

6 commentaires sur “Le métro est un sport collectif, Bertrand Guillot

  1. Loo
    23 janvier 2012

    Qu’elle aubaine ! je lis actuellement le Métronome. Celui-ci complétera bien ma lecture. C’est drôle je n’en ai pas entendu parler.

    • Emily
      26 janvier 2012

      Des lectures effectivement complémentaires !

  2. Rose
    22 janvier 2012

    Je le note, ca va me plaire (je suis parisienne et assez admirative de ce réseau si particulier qu’est le métro)! Merci beaucoup 🙂

  3. Yspaddaden
    21 janvier 2012

    j’ai quitté la région parisienne et s’il y a bien quelque chose qui ne me manque pas, c’est le métro !

  4. Zoé
    21 janvier 2012

    Il me tente bien, ce bouquin ! Des fois, quand je prend le tram, c’est (juste un peu) pareil.!

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Information

Cette entrée a été publiée le 21 janvier 2012 par dans Contemporain, et est taguée , .
%d blogueurs aiment cette page :